Les Routes de la Soie : séminaire du jeudi 10 décembre 2020.

La première séance du séminaire 2020-2021 portera sur : “Revitalisation à l’Est d’inventions rejetées à l’Ouest en matière de notation musicale”.

Elle fera intervenir Na ZHANG (Wuhan, Jiangnan, Musicologie) et Véronique ALEXANDRE-JOURNEAU (CNRS, Musicologie & Sinologie).

Présentation :

Des manuscrits de notation musicale, datés autour de 933, ont été découverts à Dunhuang sur la route de la soie. L’interprétation de cette notation est toujours à l’étude (Chen Yingshi) parce que les signes utilisés n’appartiennent pas à une langue repérée et que le luth auquel elle sert, répandu dans le monde, a lui-même voyagé. Appelé pipa en Chine et biwa au Japon, l’instrument est arrivé par la route de la soie au début de notre ère ‒ des écrits et des figurines en témoignent ‒ quelques siècles avant la notation proprement dite, l’une des premières codifications ayant existé. Or, à la même époque, une méthode pour noter la musique pour le luth arabe (ud) avait été inventée, sans succès, mais il en reste une trace ‒ dans les textes, bien que le manuscrit d’Al-Kindi’s (c. 800-873) lui-même ait disparu. Intitulée Abjad, parce qu’elle utilise l’équivalent des premières lettres (ABCD…) de l’alphabet arabe, elle aurait été révisée au XIIIe siècle puis abandonnée avant d’être adaptée à la fin du XVIIIe siècle (Ozan Yarman). En la matière, ce serait la première mais pas la dernière fois qu’une idée rejetée en Occident trouve son public en Chine puisque, au début du XXe siècle, c’est la notation inventée par Jean-Jacques Rousseau en 1742 qui, après avoir été un échec en Europe, a été adaptée puis généralisée en Chine. Dans le premier cas, le principe d’une méthode pour noter un air de musique était nouveau et l’idée s’est propagée jusqu’en Corée et au Japon à une époque (dynastie Tang) où la Chine était la référence du monde asiatique : pour les trois pays, cette notation se révèle fondatrice, même si leurs utilisations ont été différentes par la suite. Dans le second cas, l’idée est passée par le Japon ‒ où elle n’a pas été retenue à une époque où la modernité venait de l’Occident ‒ pour entrer en Chine et elle n’a pas non plus pénétré en Corée qui s’était émancipée de la Chine en créant sa propre écriture (hangul) et ses propres notations, adaptées des notations anciennes chinoises. Nous proposons de présenter la nature d’un transfert qui s’est fait dans les deux cas, la façon dont Chine a sinisé des procédés initialement rejetés dans le pays de leurs concepteurs, leur procurant une nouvelle vie.

La séance se tiendra en mode Webinaire sur Zoom à partir de 16 h. Aucune inscription n’est requise.

Pour se connecter :

Participer à la réunion Zoom https://univ-nantes-fr.zoom.us/j/89771445328

ID de réunion : 897 7144 5328

En espérant vous y retrouver nombreux/nombreuses.



Citer ce billet
Frédéric Le Blay (2020, 23 novembre). Les Routes de la Soie : séminaire du jeudi 10 décembre 2020. SeAo. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/txef

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.