Nouvelles et anciennes routes de la soie.

L’Université Paul Valéry-Montpellier 3 nous signale l’organisation d’un congrès international les 18, 19 et 20 novembre 2021, dont la thématique est en relation directe avec la programmation en cours de notre séminaire.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 25 janvier 2021.

Voir l’appel à communications :

The Ancient and the New Silk Roads (18-20 Nov 2021, Montpellier, France).

Les Routes de la Soie, 9 avril 2020

Malgré la situation sanitaire et le confinement, le Séminaire poursuit ses rencontres et vous invite à suivre ses invités et nos échanges sur un espace virtuel.

La prochaine séance se tiendra donc le jeudi 9 avril de 16 h à 18 h.

Nous accueillerons Emanuele CAMINADA (Archives Husserl, Louvain) et Brij TANKHA (Institut d’Etudes Avancées de Nantes) pour une séance consacrée aux Nouvelles Routes de la Soie.

Programme et informations pratiques.

 

 

Les Routes de la Soie, 13 février 2020

La première séance du séminaire aura lieu le jeudi 13 février 2020, sur le campus du Tertre.

Elle portera sur : « Bouddhisme, confucianisme et christianisme : transferts linguistiques et textuels sur la Route de la soie. ».

Elle fera intervenir Shuaijun MALLET-JIANG et Philippe POSTEL, de l’Université de Nantes.

Le séminaire est ouvert à toutes et tous. 

 

Programme 2019-2020 : Les Routes de la Soie / Silk Roads.

Responsable : Philippe Postel.

La « route de la soie » est une expression qui flatte l’imaginaire occidental, mais qui est source de bien des malententus. Littéralement, elle renvoie à une zone géographique reliant l’Europe et la Chine et, plus largement, l’Asie orientale. Par métonymie, elle désigne les échanges réalisés sur ce que l’on se représente comme un long ruban ponctué par les cités marchandes de l’Asie Centrale, qui relèvent, au long des siècles, des sphères politiques et culturelles turque, arabe, perse et indienne. Mais de quand date cette route de la soie ? Premier malentendu : la date du IIe siècle avant Jésus-Christ (mission diplomatique de Zhang Qian sous les Han antérieurs), date traditionnellement retenue pour fixer le début de ces échanges, est contestée, car l’on situe plus volontiers aujourd’hui la « route de la soie », héritière elle-même de la très antique « route de jade », dans le temps long – sans doute des peuples nomades s’y déplaçaient et y trafiquaient déjà – il y a environ 5000 ans.

« Silk Road » is an expression that flatters the Western imagination but also a source of many misunderstandings. Literally, it refers to a geographical area linking Europe and China and, on a more general perspective, East Asia. By metonymy, it refers to the exchanges carried out on what is represented as a long ribbon punctuated by the trading cities of Central Asia, which over the centuries have been part of the Turkish, Arab, Persian and Indian political and cultural spheres. But how old is this Silk Road? First misunderstanding because the date of the 2nd century BC (diplomatic mission of Zhang Qian under the Western Han), the date traditionally used to set the beginning of these exchanges, is disputed. Today, we are more inclined to consider the « Silk Road » in the wake of the very ancient « Jade Road » which goes back in the long past:, undoubtedly nomadic peoples were already moving and trafficking there about 5000 years ago.

Du point de vue de l’espace, de multiples questions méritent d’être soulevées. On a coutume d’évoquer l’Europe et la Chine occupant les deux points extrêmes de la route de la soie. Mais au-delà de la Chine, la Corée et le Japon ne font-ils pas partie depuis toujours du jeu des échanges entre l’Est et l’Ouest ? Et quel rôle assigner aux pays « intermédiaires », comme l’Inde, la Turquie ou les pays de langue et de culture arabes ? Dans quel sens s’opèrent les échanges : autrefois de l’Ouest vers l’Est tandis qu’aujourd’hui ce serait au contraire de Chine vers l’Europe que circuleraient les biens échangés ? Enfin, l’on sait aussi depuis longtemps qu’il n’existe pas une mais de multiples routes de la soie, se distribuant selon deux grands couloirs : par les voies terrestres et par les voies maritimes. On évoque plus volontiers aujourd’hui les routes de la soie, au pluriel. On peut aussi s’interroger sur la nature des échanges pratiqués sur ces routes de la soie ? L’étoffe évoquée par Pline l’Ancien (23-79) dans son Histoire naturelle (VI, 20) n’est pas le seul bien qui circule dans ces premiers siècles d’échanges sur les routes de la soie : il faut mentionner d’autres matières précieuses comme des pierres, des métaux, l’ivoire, la porcelaine et les laques, des épices et des parfums (ambre, musc, santal), ainsi que des produits et des techniques scientifiques. Ce sont également des mots : le mot soie lui-même serait issu du mot chinois sī丝par l’intermédiaire du grec σὴρ, le « ver à soie », et du latin Ser, pl. Seres, le peuple des « Sères », assimilés aux Chinois. Ce sont enfin des idées et des systèmes de pensée qui passent les frontières, comme par exemple la religion chrétienne sous la forme du nestorianisme au VIIe siècle (voir la stèle de Xi’an datant du VIIIe siècle et relatant l’implantation en Chine de cette « Doctrine de la Lumière resplendissante » (jĭngjiào景教).

From a space perspective, there are many questions worth raising. It is customary to mention Europe and China, which occupy the two extreme points of the Silk Road. But beyond China, haven’t Korea and Japan always been part of the trade between East and West? And what role should be assigned to « intermediate » countries, such as India, Turkey or countries of Arab language and culture? In what direction is trade taking place: in the past from West to East while today, on the contrary, it would be from China to Europe that the goods traded would circulate? Finally, it has also been known for a long time that there are not one but many silk roads, distributed along two main corridors: by land and by sea. Today, we are more inclined to refer to the Silk Roads, in the plural. We can also wonder about the nature of the exchanges practiced. The fabric mentioned by Pliny the Elder in his Natural History is not the only good that circulated in these first centuries of trade on the Silk Roads: other precious materials such as stones, metals, ivory, porcelain and lacquers, spices and perfumes (amber, musk, sandalwood), as well as scientific products and techniques should be mentioned. They are also words: the word silk itself is said to have originated from the Chinese word sī 丝 via the Greek σὴρ, the « silkworm », and the Latin Ser, pl. Seres, a people assimilated to the Chinese. Finally, ideas and systems of thought cross borders, such as the Christian religion in the form of Nestorianism in the 7th century (see the Xi’an stele dating from the 8th century and relating the establishment in China of this « Doctrine of the Shining Light » (jĭngjiào景教).

Depuis l’époque moderne, les échanges sont encore plus diversifiés : du système des concours sans doute importé de Chine en France à la Révolution au graphisme des mangas japonais devenu familier pour la jeunesse mondiale. Aujourd’hui, précisément, il est encore un autre malentendu associé aux « Nouvelles Routes de la Soie », dénomination sous laquelle on désigne, en français, le projet politique multiforme du gouvernement chinois consistant à établir des coopérations économiques entre la Chine et les pays de l’Asie Centrale, du Moyen-Orient, de l’Afrique et de l’Europe, ainsi que du Japon et de la Corée. La traduction ayant été contestée, on en a proposé d’autres (en français « une ceinture, une route », en anglais « One Belt, One Road » ou « Belt and Road Initiative »), assorties de leurs acronymes (OBOR, BRI ou encore B&R). Cette prolifération de traductions est sans doute encore une fois l’indice au mieux d’une demande d’éclaircissement sur la nature du projet, au pire d’une certaine méfiance. L’expression utilisée en chinois est yídài yílù一带一路, littéralement « une ceinture, une route », abréviation de deux syntagmes prononcés par le président Xi Jinping en 2013 lors d’un voyage en Asie Centrale : la « ceinture économique de la Route de la soie » (丝绸之路经济带) et la « Route de la soie du XXIe siècle par les voies maritimes » (二十一世纪海上丝绸之路). La traduction initiale par « Route(s) de la soie » est habile car elle peut laisser penser — du reste elle est présentée de cette façon par les autorités chinoises — qu’il s’agit d’une entreprise visant à réaliser une mondialisation harmonieuse unissant la Chine, l’Asie et l’Europe, alors que de nombreux commentateurs analysent le projet comme la volonté de la part de la Chine de conquérir le statut d’hyperpuissance face aux Etats-Unis, en exportant non seulement des marchandises mais aussi des modèles de pensée et en particulier un modèle politique alternatif au modèle démocratique « occidental ».

Since modern times, exchanges have become even more diversified: from the system of competitions probably imported from China to France to the Revolution to the graphic design of Japanese mangas that has become familiar to young people all around the world. Today, precisely, there is yet another misunderstanding associated with the « New Silk Roads », the name that could have been used to designate the Chinese government’s multifaceted political plan consisting in establishing economic cooperation between China and the countries of Central Asia, the Middle East, Africa and Europe, as well as Japan and Korea. As the translation was contested, others were proposed (in French « une ceinture, une route », in English « One Belt, One Road » or « Belt and Road Initiative »), with their acronyms (OBOR, BRI or B&R). This proliferation of translations is indeed an indication at best of a request for clarification on the nature of the project, at worst of a kind of mistrust. The term used in Chinese is yídài yílù一带一路, literally « one belt, one road », an abbreviation of two phrases used by President Xi Jinping in 2013 during a satte trip to Central Asia: the « Silk Road Economic Belt » (丝绸之路经济带) and the « Silk Road of the 21st Century by Sea » (二十一世纪海上丝绸之路). The initial translation by « Silk Road(s) » is smart because it may suggest – and it is presented in this way by the Chinese authorities – that it is an attempt to achieve a harmonious globalization uniting China, Asia and Europe, while many commentators analyse the project as China’s desire to gain superpower status against the United States, exporting not only commodities but also models of thought and in particular an alternative political model to the « Western » democratic model.

Toutes ces interrogations, ou du moins certaines d’entre elles et d’autres que nous n’avons pas évoquées, feront l’objet de communications que nous envisageons dans une logique transdisciplinaire : nous souhaitons en effet que se croisent les approches géographique, historique, (géo-)politique, littéraire, culturelle et linguistique. Par ailleurs, les périodes retenues pour l’analyse pourront être anciennes ou modernes et contemporaines, mais il serait souhaitable également d’envisager le temps long. C’est à ce travail de déconstruction d’un mythe des routes de la soie, anciennes ou modernes, que nous invite le Séminaire d’étude sur l’Asie orientale.

All these questions, or at least some of them and others that we have not mentioned, will be the subject of presentations that we intend to address in a transdisciplinary way: we wish, with regard to exchanges on the Silk Roads, that geographical, historical, (geo-)political, literary, cultural, linguistic and other approaches intersect. In addition, the periods selected for analysis may be old or modern and contemporary, but it would also be desirable to consider the long time. It is to this work of debunking the myth of the Silk Roads, ancient or modern, that the East Asian Studies Seminar invites us.

Consulter le programme / Program : Séminaire 2019-2020 

SeAo

Le Séminaire d’Études sur l’Asie Orientale (SeAo) a été lancé en 2019 à l’initiative de plusieurs enseignant.e.s et chercheurs.es représentant les diverses disciplines constitutives du Pôle Humanités de l’Université de Nantes. Il se donne pour objectifs de développer et de promouvoir les activités d’enseignement et de recherche autour des civilisations et cultures de l’Asie orientale. Ouvert à la communauté académique aussi bien qu’à un public plus large, il propose chaque année un thème de réflexion et ses travaux s’organisent en séances régulières couronnées par une journée d’étude au mois de juin.